Nos Newsletter

Nos Newsletter

L’UNASSI en la personne de Claude Ferrer, administrateur, Aurore Rochette,directrice de SSIAD et Mireille Spitzer, présidente a été reçue le lundi 25 janvier par Mme Bourguignon, ministre déléguée auprès du ministre des solidarités et de la santé chargée de l’autonomie.

Durant cette entrevue nous avons pu échanger sur tous les sujets qui préoccupent nos SSIAD actuellement et que certains d’entre vous nous avaient fait remonter par mail suite à nos sollicitations.


L’ UNASSI compte plus de 500 adhérents et nous avons pu confier à Mme la Ministre un dossier contenant les constats d’une centaine de SSIAD tous statuts confondus.

Les principaux constats étaient les suivants :

  • non revalorisation des salaires suite au Segur
  • non attribution de la prime grand âge
  • démotivation des équipes
  • démissions en nombre des personnels
  • baisse de l’attractivité des métiers du soin
  • difficultés de recrutement
  • difficultés budgétaires dues à l’alourdissement des prises en charge et l’augmentation des soins infirmiers

 

Nous avons pu échanger très librement avec la Ministre et constater qu’elle connaissait les difficultés de notre mission; en effet, elle nous a avoué être régulièrement interpellée à l’Assemblée Nationale sur le sujet par les députés. Les mobilisations de nos services en région ont donc bien été portées à la capitale.

Il nous a été confirmé qu’il fallait attendre la fin de la « mission Laforcade » ( qui fait suite et complète la mission El Khomri et le Plan Grand Age et Autonomie de D. Libault) pour voir le ciel s’éclaircir sur nos demandes, toutefois celles-ci semblent être déjà entendues et comprises.


En effet, notre interlocutrice nous a rappelé son attachement, et celui du gouvernement,quant au respect du choix de nos aînés de finir leur vie à domicile et de ce fait, trouve tout à fait légitimes nos demandes afin de reconnaître nos missions et valoriser nos metiers.


Professionnels de terrain que nous sommes à l’UNASSI,

nous avons pu la sensibiliser aux difficultés que nous rencontrons au quotidien :

  • alourdissement des prises en charge
  • isolement des salariés
  • risque routier
  • travail en coupure
  • large amplitude horaire de travail...

 

Nous avons également rappelé que lors de la première vague Covid, bien souvent, les SSIAD étaient seuls à encore intervenir à domicile exécutant de ce fait les tâches habituellement réalisées par les aides à domicile et assurant seuls le maintien à domicile de nos aînés fragiles.

A ce propos, la Ministre nous a rappelé qu’il avait été débloqué 200 millions d’euros à destination des départements afin d’optimiser les prises en charge à domicile (pour 20 millions d’euros auparavant) mais visiblement cet effort n’est pas suffisant pour les départements...

Départements qui sembleraient enclins à gérer également nos SSIAD afin d’optimiser le dispositif SPASAD que le rapport Libault avait fortement mis en avant.

Les SSIAD gérés par les départements plutôt que par les ARS ?

L’UNASSI a répondu par la négative au vu des difficultés actuelles des SAD et de leur gestion souvent catastrophique par les départements.
Avec l’expérience, le modèle SPASAD, bien qu’étant très prometteur sur le papier, se révèle difficile à mettre en œuvre sur certains territoires et ne peut et ne doit pas être généralisé tant qu’aucune prise en compte financière de la coordination inter services ne sera effective.
Durant notre entrevue, le directeur de cabinet Mr Vincent Lena a parcouru avec beaucoup d’intérêt les témoignages que certains d’entre vous nous avaient fait parvenir, ce qui nous a parfois permis de rebondir sur certaines de vos préoccupations.


L’UNASSI vous remercie pour ces nombreuses contributions au travers desquelles vous avez démontré la réactivité et l’implication des SSIAD et ce, sur l’ensemble du territoire.


Mme la Ministre a bien compris nos messages et les signaux d’alerte que nous avons pu lui adresser, nous ne pouvons qu’être optimiste sur la suite apportée à ce dossier. Mais malheureusement nous n’avons aucune visibilité quant à une date d’aboutissement.

Un dernier mot pour vous encourager à participer à l’enquête pour l’élaboration d’une nouvelle équation tarifaire pour les SSIAD, même si, soit, ce n’est pas le bon moment pour la réaliser, il nous a été confirmé que celle-ci aboutirait avec ou sans notre participation.


Les enjeux sont importants, l’avenir de nos SSIAD est entre nos mains, saisissons l’opportunité qui nous est donnée.

Bon courage à tous


Facebook